Focus – Jeytall

Jeytall

Originaire de la région toulousaine où il a fréquenté l’école des Beaux-Arts, Jeytall est désormais installé à  Paris. Ce jeune photographe travaille uniquement à l’argentique et ne retouche, ne filtre et ne recadre aucune de ses photographies.  

Jeytall découvre sa passion pour la photographie très tôt, puisqu’à l’âge où certains enfants jouent avec leurs voitures et autres jouets, il manipule l’appareil photo familial. Il essaye alors d’obtenir le rendu idéal en  plaçant sa famille ou son chat devant l’objectif. Très vite son travail est reconnu auprès de nombreuses  personnes et notamment de professionnels. C’est avec la remise de ses photos, après développement de ces  dernières en laboratoire, que Jeytall voit ses photos complimentées. Motivé et déterminé à obtenir des  rendus originaux et différents, il continue à exercer cette pratique devenue alors sa passion.  

Très vite le nu devient un sujet prédominant dans ses choix artistiques. C’est à l’âge de 14 ans qu’il s’essaye  au dessin de nu et appréhende ainsi le corps, la nudité et la délicatesse de la peau. Il ne cesse d’améliorer sa  pratique et fréquente l’école supérieure des Beaux-Arts de sa ville natale près de Toulouse.  

Jeytall souhaite nous montrer ce qui se passe lorsque la lumière, ou a contrario l’obscurité, viennent épouser  les courbes et la surface d’un corps dénudé. Avec cette étude des corps qui lui est chère, il réinvente la  photographie de nu masculin. Le photographe met en valeur de façon la plus simple et la naturelle qui soit,  les corps, et crée ainsi une atmosphère poétique et tendre. Les poses ne sont d’ailleurs jamais calculées.  

Cependant, si l’artiste continue de travailler avec la lumière, Jeytall ne cesse de se renouveler et de travailler  sur des projets originaux et différents qui nous surprennent à chaque fois. Il joue de plus en plus avec la  pellicule, que ce soit en travaillant sur les doubles expositions, ou bien en utilisant des pellicules abimées ou  tachées de vin de rouge. Le résultat en est toujours plus onirique et poétique… les corps s’entrelacent, se  touchent, et se frôlent…  

L’un de ses derniers projets, intitulé « Confinument », a été conçu lors d’une soixantaine séances pendant le  premier confinement. Ce projet innovant, regroupe au sein d’un même ouvrage, des photographies  d’hommes confinés chez eux. Ces derniers posent de manière authentique et simple dans leurs  appartements, jardins ou autres lieux de confinement. Jeytall les photographie alors à travers l’écran de son  téléphone. « Confinument » a été édité en une centaine d’exemplaires disponibles directement auprès de  l’artiste ou via la librairie LGBTQI+ Les Mots à La Bouche. 

Jeytall a participé à de nombreuses expositions telles que LOVE MY WAY de la villa Noailles, à l’occasion de  la 34ème édition du festival de mode et de photographie de Hyères, ou encore la deuxième édition de  l’exposition « Nouveaux Regards », toujours au sein de la villa Noailles. Le jeune photographe a aussi  participé à des expositions dans de nombreux lieux de la capitale comme Les Mots à La Bouche, le Dépôt,  les Souffleurs ou encore le Café Pimpin situé dans le 18ème arrondissement.  

Julien le Gac

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :